Les violences verbales : des poisons pour les enfants

Commentaire sur l’article de “Papa Positive” : 

Les violences verbales : des poisons pour les enfants

La violence verbale est difficile à détecter, car invisible.
 
De plus, notre culture a longtemps banalisé cette forme d’interaction, minimisé les réactions des enfants : “c’est pas si grave ! Tu ne vas pas pleurer pour ça tout de même ! ” , ” moi aussi on me parlait comme ça, et je n’en suis pas mort(e) ! “….
 
Il est urgent aujourd’hui d’informer, de sensibiliser les adultes responsables de l’éducation des enfants, du puissant impact de ce type d’assertions sur la plupart d’entre eux.
 
Les recherches récentes en neurosciences montrent leurs effets généralement négatifs sur les neurones des plus jeunes, et les conséquences souvent désastreuses sur les capacités d’apprentissage ainsi que que sur le développement psychologique de l’enfant.
 
Sans compter les répercussions sur la vie du futur adulte qui risque de ne pas être en mesure d’utiliser son plein potentiel et exprimer sa vraie nature tant sur un plan professionnel, social, que sur un plan personnel, relationnel et affectif.

Comment l’éducation modifie la structure du cerveau ?

Commentaire sur l’article de “Sciences et Avenir” : 

Comment l’éducation modifie la structure du cerveau ?

Aujourd’hui, l’avancée des recherches en neurosciences montre assez prėcisément l’impact du mode éducationnel sur le développement du cerveau de l’enfant.

 

Les désordres affectifs : troubles de l’attachement, traumatismes….modifient ou ralentissent certaines structures cérébrales au point d’entraver parfois considėrablement les capacités d’apprentissage ainsi que les capacités d’interactions sociales.+

 

On sait également que le stress agit considérablement sur la capacité future de la gestion des émotions.

 

Il me semble donc important d’insister sur la qualité relationnelle dans l’éducation : style d’attachement, jeux partagés, câlins, valorisations….pour permettre au cerveau des enfants de se développer de manière optimale.

 

Être parent n’est pas inné contrairement à ce que l’on peut parfois entendre, et il n’y a pas de honte à solliciter l’aide d’un professionnel si l’on en ressent la nécessité, c’est aussi cela aimer ses enfants.

 

Enfin, sachez que la thérapie permet de modifier la structure du cerveau, elle favorise le rééquilibrage de ses différents éléments.

L’ancrage, une nouvelle technique ?

Commentaire sur l’article de “Conscience et Eveil Spirituel” :
Découvrez l’ancrage, une nouvelle technique

Nous sommes souvent connectés aux événements, aux vécus difficiles du passé, parfois nous les ressassons, nous les ruminons. Ils peuvent aussi conditionner nos comportements, nos choix, notre humeur.

 

De même, nous pensons fréquemment à l’avenir, nos projets à court terme ou plus, les prochaines vacances etc….et si nous observons bien l’ensemble de ces scénarios, nous nous apercevons que nous sommes rarement dans cet entre deux précieux qu’est le présent, pouvoir être juste avec ce qui est ici et maintenant.

 

Cette difficulté est d’autant plus prégnante dans notre société occidentale, où la planification devient reine et le ” faire ” roi, où les vécus compliqués sont de plus en plus nombreux.

 

Aussi, s’offrir plusieurs fois par jour si possible, un temps pour Soi, pour une reconnexion à Soi, pour goûter chaque sensation que procure le fait de simplement exister, vous permettra d’apporter une certaine respiration dans votre vie, vous évitera un éventuel état de déprime ou de stress envahissant. Vous pourrez aussi mieux sentir vos limites et vos vėritables désirs, plutôt que de vous sentir emporter par la vague incessante du ” faire “.